La vie et les oeuvres de Jacques de Voragine, o.p.

Carla CASAGRANDE

Sa vie

Jacques de Voragine est né entre 1228 et 1229 à Varazze ou, plus probablement, à Gênes, où est attestée la présence d’une famille originaire de Varazze, appelée « de Varagine ». La formule « de Voragine » par laquelle il est parfois désigné dans les sources anciennes est une variante de « da Varagine ». L’idée remontant au XVIe siècle et devenue ensuite traditionnelle selon laquelle « Voragine » vient de « vorago », pour indiquer l’abîme de connaissance dont Jacques a fait preuve dans ses oeuvre est donc extravagante, même si elle exprime une certaine vérité.

C’est Jacques lui-même qui fournit, dans une rapide autobiographie contenue dans l’une de ses oeuvres, la Chronica civitatis Ianuenses , les premières dates certaines de sa vie : 1239 lorsque dans son enfance il assiste à une éclipse solaire, 1244 lorsque, adolescent, il entre dans l’Ordre des frères prêcheurs, et 1264, lorsqu’il a eu l’occasion d’admirer pendant quarante jours un autre fait prodigieux, c’est-à-dire l’apparition d’une comète. On ne dispose à l’inverse d’aucune information certaine sur sa formation de frère prêcheur ni sur sa prédication ; comme on ne sait rien non plus de sa carrière à l’intérieur de l’Ordre : il n’existe en fait aucune preuve d’éventuels séjours d’étude à Bologne et à Paris, ni de ses nominations comme lector , comme magister theologiae , comme prieur du couvent de Gênes et ensuite de celui d’Asti, comme le soutiennent quelques biographes anciens. Toutefois, on peut supposer que Jacques avait pris une responsabilité importante à l’intérieur de l’Ordre avant 1267, date à laquelle il fut élevé, au Chapitre Général de Bologne, à l’office de prieur de l’importante province de Lombardie, qui comprenait à l’époque toute l’Italie septentrionale, l’Emilie et le Picenum. Il a occupé cette charge pendant dix années, participant aux chapitres provinciaux et généraux de l’Ordre et résidant probablement au couvent de Milan ou dans celui de Bologne, jusqu’à ce qu’il soit absolutus de cette charge au chapitre général de Bordeaux en 1277. Après quelques années, au chapitre provincial de Bologne de 1281, il fut à nouveau nommé prieur de la province lombarde, charge qu’il a occupée pour cinq années encore, jusqu’en 1286. De 1283 à 1285, il exerça les fonctions de régent de l’Ordre après la mort de Jean de Verceil et avant l’élection du nouveau maître général, Munio de Zamora.

Entre temps, il continua à maintenir de forts liens avec la cité de Gênes. Le jour de Pâques 1283, comme il le raconte lui-même dans son opuscule Historia reliquiarum que sunt in monasterio sororum Sanctorum Philippi et Iacobi , il fit transporter une précieuse relique, la tête d’une des vierges de Sainte-Ursule, de Cologne au couvent des soeurs dominicaines de Gênes des saints Jacques et Philippe ; il s’agit du même couvent auquel quelques années plus tôt, durant son précédent priorat, il avait donné une autre relique, le doigt de saint Philippe, qu’il avait lui-même détaché de la main du saint conservée dans le couvent de Venise. A cette occasion Jacques, après la procession solennelle, a donné une messe et un prêche au peuple. En 1288, alors qu’il n’était plus depuis deux ans prieur de la Lombardie, il fut candidat à la charge d’archevêque de Gênes, mais n’obtint pas, comme les trois autres candidats, la majorité des voix ; le pape Nicolas IV suspendit la nomination, confiant cependant à Jacques, le 18 mai de la même année, la tâche d’absoudre en une cérémonie publique, qui se tint dans l’église de Saint-Dominique, les Génois excommuniés pour avoir eu des rapports commerciaux avec les Siciliens, eux-mêmes excommuniés à cause de la guerre des Vêpres. La même année, il fut nommé diffinitor au chapitre général de Lucques.

En 1290, à l’occasion du chapitre général de Ferrare, Jacques résista aux pressions des cardinaux romains qui, dans une lettre,demandaient la démission du maître général Munio de Zamora, mal vu pour son rigorisme à l’intérieur de l’Ordre et de la Curie romaine. La lettre n’obtint aucun effet : non seulement le maître général ne démissionna pas, mais il fut soutenu par une déclaration publique, signée aussi de Jacques, qui exaltait sa vertu et approuvait sa politique. Selon la reconstruction de Gerolamo Borsello (XVe s.) et, après lui, d’autres biographes anciens, ce serait justement à cause de ce soutien donné à la ligne rigoriste de Munio de Zamora que Jacques aurait subi cette année une tentative d’homicide de la part de confrères qui voulaient le jeter dans le puits du couvent de Ferrare. Une tentative qui, raconte encore Borselli, se serait répétée l’année suivante, en 1291, à Milan, cette fois parce que Jacques avait exclu du chapitre provincial frère Stefanardo, prieur du couvent milanais. Rien ne confirme la véracité de ces deux épisodes.

En 1292, il fut nommé par le pape Nicolas IV archevêque de Gênes. Jacques consacra les six dernières années de sa vie à gouverner le diocèse génois, de 1292 à 1298, année de sa mort. Son action s’est tournée d’abord vers la réorganisation législative du clergé sous l’autorité archiépiscopale. Dans ce but, il convoca un concile provincial, qui se tint dans la cathédrale Saint-Laurent en juin 1293, durant lequel, comme le raconte Jacques lui-même dans la chronique de Gênes, fut accomplie, en présence des gouvernants et des notables puis de tout le peuple, une reconnaissance des os de san Siro, patron de la cité, qui confirmait solennellement l’authenticité de la relique.

L’activité de Jacques est intense sur le plan politique, il en offre lui-même un ample compte-rendu dans la Chronique de Gênes . En 1295, dans les premiers mois de l’année, il promut la pacification entre les factions de la cité et célébra la paix finalement obtenue dans une assemblée publique lors de laquelle il prêcha et entonna, avec ses ministres, les louanges à Dieu ; suivit ensuite une procession solennelle à travers les rues de la cité, guidée par ce même Jacques à cheval qui se conclut avec la remise de l’insigne de miles au podestat de Gênes, le milanais Jacques de Carcano. La même année, en avril, avec les ambassadeurs envoyés par la Commune, il accomplit un voyage à Rome, convoqué par le pape Boniface VIII qui cherchait à prolonger l’armistice entre Gênes et Venise. Le séjour à la Curie romaine se prolongea une centaine de jours, et Jacques ne manqua pas de montrer une certaine fatigue face à l’indécision du pape et surtout face aux manoeuvres dilatoires des ambassadeurs vénitiens. A ce point les Génois, après la longue attente, décidèrent d’aller à l’affrontement contre Venise, réunissant, dans l’enthousiasme populaire, une flotte qui aurait dû affronter les ennemis dans une bataille décisive près de Messine, à laquelle cependant les Vénitiens ne se présentèrent pas, contraignant le commandant Oberto Doria à retourner à Gênes sans avoir combattu, accueilli cependant en triomphe par la cité et par son évêque. A la fin de 1295, Jacques subit un revers politique et une profonde déception personnelle : en effet, la paix entre les factions citadines se rompit, cette paix qu’il avait voulue et solennellement célébrée quelques mois plus tôt ; des incidents violents éclatèrent, durant lesquels la cathédrale Saint-Laurent fut incendiée, et son toit fut totalement brûlé. Les dommages furent si importants que Jacques demanda au pape une aide, qui lui fut accordée le 12 juin 1296.

Jacques mourut dans la nuit du 13 au 14 juillet 1298. Son corps, d’abord enseveli dans l’église Saint-Dominique du couvent des frères prêcheurs de Gênes, fut, à la fin du XVIIIe siècle, transféré dans une autre église dominicaine, Santa Maria di Castello, où il se trouve encore. En vertu de la vénération et du culte dont il fut l’objet pendant des siècles, Jacques a été béatifié en 1816 par le pape Pie VII.

Les oeuvres

Important pour son rôle à l’intérieur de l’Ordre des frères prêcheurs et par son action comme archevêque de Gênes, Jacques de Voragine est connu avant tout pour ses oeuvres que nous listons dans l’ordre selon lequel Jacques lui-même les cite dans le dernier chapitre de la Chronica civitatis Ianuensis  : les Legende Sanctorum ( Legenda Aurea ), trois recueils de modèles de sermons, les Sermones de omnibus sanctis , les Sermones de omnibus Evangeliis dominicalibus , les Sermones de omnibus Evangeliis que in singulis feriis in Quadragesima leguntur , le Liber Marialis et la Chronica civitatis Ianuensis . Sont exclus de de cette liste « autobiographique » certains opuscules de caractère hagographique retenus comme authentiques par la critique : la Legenda seu vita sancti Syri episcopi Ianuensis , l’ Historia translationis reliquiarum Sancti Iohannis Baptistae Ianuam , l’ Historia reliquiarum que sunt in monasterio sororum SS. Philippi et Iacobi de Ianua , le Tractatus miraculorum reliquiarum Sancti Florentii. Historia translationis reliquiarum eiusdem , la Passio Sancti Cassiani . Incertaine est, à l’inverse, l’attribution à Jacques du Tractatus de libris a Beato Augustino editis qui lui est attribué dans quelques manuscrits des XIV-XVe siècles (Jacobi di Voragine Tractatus de libris b. Augustini ep. editis , ed. by J. A. McCormick from Manuscripts and Unique Printing, Dissertation Abstract 25, 1964-65).

Legenda aurea

Il s’agit de la première et de la plus fameuse oeuvre de Jacques de Voragine. Le titre de Legenda aurea , sous lequel elle a été traditionnellement transmise, n’apparaît pas dans les manuscrits les plus anciens qui mentionnent à la place le titre de Legende sanctorum , celui-là même avec lequel Jacques désigne l’oeuvre dans le passage de la Chronica rappelé plus haut. Les autres titres sous lesquels l’oeuvre est désignée, Liber passionalis , Vitae ou Flores ou Speculum sanctorum , Historia Lombardica ou Longobardica (d’après l’avant-dernier chapitre, dédié au pape Pélage, où sont racontés les principaux événements survenus de l’arrivée des Lombards en Italie à 1245) n’appartiennent pas non plus à la tradition la plus ancienne du texte. L’oeuvre se compose de récits dédiés aux vies des saints et aux fêtes liturgiques (178 selon l’édition Maggioni, 182 selon l’édition Graesse), disposés, et cela constitue une innovation au regard des oeuvres du même genre, selon l’ordre du calendrier liturgique. Les saints, dont on raconte la vie, appartenaient tous aux premiers siècles du christianisme, à l’exception de six saints « modernes » : deux du XIIe siècle, Bernard de Clairvaux et Thomas Beckett, quatre du XIIIe, Dominique, François, Pierre Martyr, Elisabeth de Hongrie. L’oeuvre appartient au genre des legendae novae , compilations préparées entre le XIIIe et le XIVe siècle le plus souvent par des représentants de l’Ordre des frères prêcheurs, dans lesquelles, avec la double intention de mettre à disposition des prédicateurs un matériau qui serait sans cela trop abondant et diffus et d’offrir à la lecture des textes qui soient en même temps plaisants et édifiants, étaient recueillis et condensés les récits hagiographiques qui s’étaient accumulés en grand nombre depuis les premiers siècles de l’ère chrétienne.

La Legenda aurea a été écrite par Jacques à partir de 1260 et ensuite retravaillée par lui, alors qu’en circulaient déjà les premières versions, par étapes successives jusqu’à peu avant sa mort, comme l’a démontré Giovanni Paolo Maggioni dans son édition de l’oeuvre. Dans la première rédaction prévaut la volonté de Jacques de préparer un instrument utile à la prédication ; ensuite, l’insertion de quelques récits montre de la pat de Jacques la volonté de tenir compte des exigences d’un public de lecteurs certes dévôts mais aussi cultivé et intéressé. Les sources de la Legenda aurea sont multiples : l’Ecriture sainte, les textes des Pères et des plus influents représentants de la tradition monastique, les sources hagiographiques (en particulier les précédentes legendae novae compilées à l’intérieur de l’ordre dominicain, l’ Abbreviatio in gestis sanctorum de Jean de Mailly et le Liber epilogorum in gesta sanctorum de Barthélemy de Trente), des sources historiques, parmi lesquelles l’ Historia scholastica de Pierre le Mangeur, le Speculum historiale de Vincent de Beauvais, la Chronica de Martin le Polonais, les textes pour les prédicateurs composés par des confrères de l’ordre, comme le Tractatus de diversis materiis praedicabilibus d’Etienne de Bourbon, et aussi des textes théologiques, philosophiques, juridiques, et quelques rares auteurs profanes.

La Legenda eut un succès rapide, durable et étendu à toute l’Europe comme aucun autre texte à l’époque médiévale, à part la Bible. En témoigne le grand nombre de manuscrits restants, plus de 1200, les nombreuses éditions qui se sont succédées à partir de l’ editio princeps de Cologne en 1470, les nombreuses vulgarisations dans toutes les principales langues européennes qui se succèdent à partir de la fin du XIIIe siècle (voir Lexicon des Mittelalters , V, 1991, coll. 1796-1801). L’influence qu’exerça l’oeuvre dans le milieu artistique fut également notable, en constituant un répertoire inépuisable pour la représentation des vies des saints. A cause de cette extraordinaire diffusion, la Legenda fut une oeuvre en continuelle transformation, du fait de ses divers utilisateurs qui intervinrent sur le texte en l’adaptant aux diverses pratiques culturelles locales et à l’utilisation qui en était faite de temps en temps dans la sphère de la prédication et de la dévotion. L’édition par Theodor Graesse (Dresde 1846, reproduction anastatique de l’édition Dresden-Leipzig 1890, Onasbrück 1969), basée sur une des premières éditions imprimées, celle de Drese 1472, rend compte du texte vulgaire de la Legenda qui s’est constitué durant les deux siècles de sa diffusion maximale ; l’édition plus récente de Giovanni Paolo Maggioni (2 vol. Florence, 1998, qui a été suivie, en 1999, d’une seconde édition revue par l’éditeur avec un CD-ROM attaché, contenant le texte de la Legenda, par L. G. G. Ricci) présente l’ultime rédaction de l’auteur de l’oeuvre et est basée sur deux manuscrits (Milan, Ambr., C 240 sup. et Milan, Ambr., M 76 sup.) identifiés parmi les 70 manuscrits les plus anciens comme des témoins de l’ultime rédaction réalisée par Jacques sur le texte.

Le succès de la Legenda ne s’est pas terminé avec le Moyen Age, même si le jugement négatif des humanistes et des Réformés a contribué à son déclin comme texte religieux dans la prédication comme dans la dévotion privée. Reste cependant le plaisir de la lecture que le récit hagiographique de Jacques a su offrir et qui en a garanti la fortune jusqu’à nos jours : nombreuses sont les traductions dans toutes les principales langues modernes, et nombreuses sont aussi les oeuvres théâtrales, musicales, figuratives inspirées par elle. Rappelons les deux plus récentes traductions intégrales en italien et en français, réalisées sur le texte de l’édition de Graesse, par Alessandro et Lucetta Vitale Brovarone (Torino 1995) et par une équipe dirigée par Alain Boureau et Monique Goullet (Paris 2004).

Les recueils de sermons

Jacques a écrit trois recueils de sermons modèles, les Sermones de sanctis et festis , les Sermones de tempore , les Sermones quadragesimales . Chaque sermon est développé selon la technique du sermo modernus  : il donne un thema initial, toujours constitué par un passage scripturaire, suit une division qui sépare les parties du sermon, qui sont en général au nombre de trois, mais le nombre peut varier selon les cas de deux à huit ; chaque partie peut à son tour être sujette à des divisions spécifiques et plus ou moins étendues, à l’intérieur desquelle on trouve placés des passages scripturaires, des auctoritates , des métaphores, des étymologies, des insertions doctrinales, hagiographiques, liturgiques. Si la technique est la même dans tous les sermonnaires, toutefois dans le De sanctis les modèles apparaissent plus schématiques, tandis que dans le De tempore et ensuite, encore plus, dans les Quadragesimales les plans se font plus articulés et plus riches de contenu. Les modèles de sermons de Jacques sont caractérisés, outre un certain caractère schématique comme on l’a dit, par de multiples citations scripturaires, par l’absence de prothema , par l’utilisation modérée des auctores profanes, par la présence faible et épisodique des exempla , par le recours constant au langage figuré, par l’usage continu et envahissant de la distinctio , par laquelle est souvent traitée la divisio du sermon et les divisions internes des parties individuelles. Les sources, souvent citées indirectement de florilegia , sont celles déjà utilisées pour la Legenda aurea : la littérature patristique et monastique, les textes pour la prédication élaborés en milieu dominicain, quelques oeuvres de caractère historique et quelques auteurs profanes.

Les dates de composition sont incertaines. L’ordre de composition des trois sermonnaires est probablement celui selon lequel Jacques les liste dans la Chronica , c’est-à-dire De sanctis , De tempore et Quadragesimales . Puisque le premier sermonnaire, le De sanctis , a été composé après la rédaction de la Legenda aurea , comme on le lit dans le prologue présent dans certains manuscrits, et le dernier, le Quadragesimale , pourrait avoir été porté à terme en 1286, comme il apparaît dans le colophon des manuscrits de l’aire anglaise (“expliciunt sermones fratris Ianuensis ordinis praedicatorum compilati anno Domini MCCLXXXVI”), on peut supposer que dans l’ensemble les trois recueils ont été écrits après 1267, c’est-à-dire la première rédaction de la Legenda , ou peut-être après 1277, c’est-à-dire après la fin du premier provincialat, comme beaucoup de biographes sont portés à le croire, et pas après 1286. Les trois sermonnaires eurent un extraordinaire succès, comme en témoigne le grand nombre de manuscrits restants, plus de 1120. Un nombre qui fait des sermonnaires de Jacques de Voragine les sermonnaires médiévaux dont nous est parvenu le plus de manuscrits.

Les Sermones de omnibus sanctis et festis comprennent 305 sermons dédiés aux saints et aux fêtes liturgiques. A chaque saint ou fête sont dédiés de deux à neuf sermons. Dans la Chronica , Jacques déclare avoir écrit deux volumes de ces sermons, un plus ample, celui qui nous est parvenu, l’autre plus bref, dont on n’a pas connaissance. Les saints et les fêtes sont listés selon l’ordre du calendrier ecclésiastique déjà adopté dans la Legenda aurea , en nombre cependant réduit : des 178 chapitres de la Legenda plus de cent ne sont pas repris dans les Sermones , pour la plupart ceux dédiés à des saints « mineurs » des premiers siècles, martyrs et moines. Nombreux sont les extraits repris de la Legenda et présentés dans les Sermones sous une forme résumée et moralisée. L’oeuvre se présente en effet comme la transposition sous forme de sermon du matériau hagiographique recueilli dans la Legenda . Jacques lui-même, dans le prologue, reconnaît avoir écrit le De sanctis à la suite des sollicitations de ses confrères qui avaient lu et apprécié la Legenda aurea . Le succès du recueil est attesté par plus de 300 manuscrits, et par les éditions, qui se sont succédées de façon ininterrompue du XVe au XIXe siècle à partir de l’editio princeps de Cologne 1478 (pour la liste des manuscrits, voir Schneyer, III, pp. 266-268 ; Kaeppeli-Panella, II, n. 2155, pp. 359-61 et IV, p. 141). L’édition des Sermones de sanctis par Giovanni Paolo Maggioni est sous presse à la Sismel – Editions del Galuzzo. Pour le texte et les problèmes liés à l’édition, voir le matériau recueilli par Giovanni Paolo Maggioni sur le site ephilology.org.

Le deuxième recueil, connu sous des titres variés ( Sermones de omnibus evangeliis domenicalibus , selon l’indication de Jacques lui-même, ou Sermones de tempore per annum , Sermones dominicales , Sermones festivales ), comprend 160 modèles de sermons, trois pour chaque Evangile du dimanche. Cette oeuvre également écrite, comme le déclare Jacques dans le prologue, sur la sollicitation de ses confrères (“importuna fratrum instantia”) est dédiée à la Trinité, à la Vierge Marie et à saint Dominique, à l’intercession duquel il se recommande pour la bonne diffusion de l’oeuvre. Dans ce cas aussi on compte énormément de manuscrits, plus de 350, et de nombreuses éditions qui suivent la princeps de Cologne 1467-69 (voir Schneyer, IIII, 233-235 ; Kaeppeli-Panella, II, n. 2156, pp. 361-364 et IV, p. 141). Pour confirmer la fortune séculaire du recueil, signalons une traduction italienne éditée à Milan chez Fabiani en 1913-1914 sous le titre Sermoni domenicali .

Les Sermones quadragesimales comprennent 98 modèles de sermons prêchables durant la période de Carême (deux pour chaque feria). L’édition disponible depuis peu, réalisée par Giovanni Paolo Maggioni (Sismel – Edizioni del Galluzzo, Firenze 2004), est basée sur six témoins des principales aires de diffusion du texte (aire italienne, germanique et britannique) : Firenze, Laurenz., Acq. e Doni 344 ; Graz, Universitätbibl., 1472 ; London, Lambeth Palace Library, 23 ; München, Bayerische Staatsbibl., clm 18850 ; Tosi, Bibl. Com., 142 ; Würzburg, Universitätbibl., M.p.th.f. 54. Les manuscrits appartiennent tous au XIIIe siècle à l’exception du témoin anglais, remontant aux ultimes décennies du XIVe siècle, le plus ancien de la famille insulaire, la seule caractérisée par la datation 1286, présente dans l’ explicit . L’édition, bien que constituant, comme l’affirme son éditeur, une sorte de prolegomena à une future édition définitive, représente une avancée notable par rapport aux éditions précédentes et parvient à certaines conclusions : la confirmation que Jacques s’est servi de florilegia pour les citations des auctoritates , l’hypothèse, hautement probable, que le texte est le fruit d’une unique rédaction, la certitude que les deux sermons finaux présents dans de nombreuses éditions, le Sermo de Passione Domini et le Sermo in planctu Beatae Virginis Mariae , n’appartiennent pas au recueil original et ne sont donc pas authentiques. Comme les autres recueils, les Sermones quadragesimales ont eu aussi un extraordinaire succès, attesté par plus de 300 manuscrits et de nombreuses éditions du XVe au XIXe siècle, suite à la princeps de Brescia 1483. Pour la liste des manuscrits, voir l’Appendice à l’édition Maggioni qui reprend et complète les listes de Schneyer (III, pp. 244-246) et Kaeppeli-Panella (II, n. 2157, pp. 364-367 et IV, p. 141).

Le Liber Marialis

Le Liber marialis a aussi été considéré pendant longtemps comme un recueil de sermons, comme en témoigne, par exemple, le titre Sermones aurei de Maria virgine Dei matri , présent dans l’édition Venise 1590 et la récente inclusion dans le Repertorium des sermons de Schneyer. En réalité, le Liber marialis est certainement un texte composé à l’usage des prédicateurs mais pas un recueil de sermons. Il s’agit d’un opuscule, comme l’écrit Jacques lui-même dans le prologue, en l’honneur de la Vierge, qui présente une liste, par ordre alphabétique, des termes qui illustraient les caractéristiques, les fonctions, les images, les vertus qui lui étaient traditionellement attribuées. Les termes listés sont au nombre de 160, d’ Abstinentia à Vulnerata , en passant par Ancilla , Assumptio , Aurora , Conceptio , Domus , Fides , Gaudium , Humilitas , Ignis , Luna , Lux , Mater , Mediatrix , Palma , Regina , Requies , Salutatio , Stella , Templum , pour ne retenir que quelques exemples ; chacun de ceux-ci constitue le point de départ d’un traitement schématique qui rappelle fortement le style d’exposition des sermons. Dans ce cas aussi, on part d’une distinction en plusieurs points, dans laquelle se trouvent placés des passages de l’Ecriture, des citations d’ auctores , d’autres distinctions, des métaphores. Jacques, dans le prologue, déclare avoir composé l’oeuvre à un âge avancé, lorsque, archevêque de Gênes, il s’est senti désormais proche de la mort et a voulu se remettre à la tutelle de la Vierge. La date de composition de l’oeuvre doit donc être placée entre sa nomination à l’archiépiscopat, en 1292, et sa mort, en 1298. Bien qu’il soit moins important que les autres oeuvres, le Liber marialis a connu aussi une certaine fortune au Moyen Age et dans les siècles suivants. On compte environ soixante-dix manuscrits et, à partir de celle d’Hambourg 1491, beaucoup d’autres éditions du XVe au XIXe siècle (voir Schneyer, III, p. 283 et Kaeppeli-Panella, II, n. 2158, pp.367-368). Récemment, une traduction en langue italienne (Iacopo da Varagine, Mariale aureo , versione italiana, introduzione e dizionario di Valerio Ferrua, EDB, Bologna 2006).

La Chronique de Gênes

La Chronica civitatis Ianuensis ab origine urbis usque ad annum MCCXCVII est la dernière oeuvre de Jacques, écrite à partir de 1295 ou du début 1296, jusqu’à 1298, année de sa mort, c’est-à-dire durant les dernières années de son mandat archiépiscopal à Gênes. Le texte se divise en douze parties : les cinq premières traitent de la fondation de la cité, des premières phases de son histoire, des origines de son nom, de la conversion au christianisme et de son développement progressif jusqu’à l’année 1294. Suivent quatre parties qui constituent une sorte de traité politique sur la nature et la typologie du gouvernement séculier et ses modèles du rector et du civis chrétien. Trois parties viennnent conclure l’oeuvre, la première dédiée à la tranformation de Gênes de siège épiscopal en siège archiépiscopal, les deux autres au passage en revue, par ordre chronologique, des évêques et des archevêques et des principaux événements arrivés à Gênes et dans le monde durant leur mandat. La narration se conclut avec une sorte de petite autobiographie de Jacques, et avec le récit jusqu’en 1297 des événements arrivés dans les années de son mandat d’archevêqe dans la cité. Comme on le voit, il s’agit d’un texte “composite”, inspiré par divers styles d’écriture : l’éloge des laudes civitatum , la narration des chroniques universelles, le compte-rendu des événements selon les modules de l’histoire annalitique, le discours doctrinal et normatif des specula .

Les objectifs de l’oeuvre sont également divers : souligner le lien entre histoire citadine et action épiscopale, proposer une idée “augustinienne” de l’histoire humaine comme scénario de l’action salvatrice de Dieu, et, en général, “instruire et édifier”, comme l’écrit Jacques lui-même dans le prologue. Dans ce but, Jacques ne se limite pas à alterner le récit des événements avec des considérations de caractère doctrinal et moral, mais consacre la partie centrale du texte à l’exposition d’un véritable speculum civitatis dans lequel, à l’intérieur d’un discours qui ne se s’adresse plus seulement aux Gênois mais qui acquiert une valeur universelle, sont analysées et évaluées les diverses formes du gouvernement séculier, sont montrées les qualités du bon rector et de ses consiliarii , sont indiqués les devoirs du bon citadin dans ses rapports avec les gouvernants, sa femme, ses fils et ses serviteurs. Le but didactique et d’édification de l’oeuvre la rend très voisine des textes pour la prédication : ce n’est pas un hasard si Jacques insère de longs extraits tirés de la Legenda aurea ou des sermonnaires, ce n’est pas un hasard si le texte a été de fait utilisé comme un support pour la prédication, comme le démontre la présence dans la tradition manuscrite d’index thématiques alphabétiques, instruments typiques de consultation pour les prédicateurs. Les sources de la Chronica sont elles aussi en grande partie communes aux autres oeuvres pour la prédication : à côté de sources historiques spécifiques, comme par exemple les Annali di Caffaro , relatives à l’histoire de Gênes, nous retrouvons en fait cet ensemble varié d’ auctores déjà utilisé pour la compilation de la Legenda et des sermonnaires. Il faut signaler aussi l’utilisation du De regno de Thomas d’Aquin, en particulier en ce qui concerne l’analyse des diverses formes de gouvernement, étant bien entendu qu’il existe une distance entre la conception politique de Jacques et celle du théologien dominicain. La Chronica a eu une certaine fortune au Moyen Age et dans les siècles suivants, même si elle est mineure comparée aux autres oeuvres de Jacques : on compte 44 manuscrits (voir Monleone, I, pp. 351-509 avec l’intégration de Kaepelli-Panella, II, p. 368) et une édition partielle réalisée par Ludovico Muratori ( Rerum Ital. Script ., IX, Mediolani 1726, coll. 1-56). L’édition critique est de Giovanni Monleone (Fonti per la storia d’Italia, Roma 1941), qui a fait précéder le texte par une Etude introductive sur la vie de Jacques et ses oeuvres, jusqu’à aujourd’hui un point de référence fondamental. L’édition Monleone, outre le fait de mettre à disposition une version critiquement fiable de la Chronica , a le mérite d’avoir confirmé le caractère tout à fait particulier de l’oeuvre de Jacques à l’intérieur du genre des chroniques, la soustrayant aux jugements impitoyables sur sa fiabilité comme oeuvre historique que beaucoup dans le cours des siècles, parmi lesquels Coluccio Salutati et Muratori, lui avaient réservé. Récemment, Stefania Bertini Guidetti a fourni une traduction intégrale de la Chronica en langue italienne (ECIG, Genova, 1995), précédée d’un réexamen critique de l’oeuvre en rapport avec l’histoire de Gênes et l’action pastorale et politique des frères Prêcheurs.

Autres opuscules hagiographiques

Jacques a écrit, en outre, quelques opuscules de caractère hagiographique qui sont traditionnellement retenus comme authentiques. Certains sont mentionnés par Jacques lui-même dans plusieurs passages de la Chronica , d’autres lui sont attribués dans les manuscrits et semblent par le style très proches de la Legenda aurea .

Trois concernent des saints et des reliques liés à l’histoire de Gênes : la Legenda seu vita sancti Syri episcopi Ianuensis , écrite en 1293 (le texte, qui correspond au chapitre dédié à san Siro dans l’une des ultimes révisions éditoriales de la Legenda aurea , a été publiée en 1874 par Vincenzo Promis comme une oeuvre autonome dans Leggenda e inni di san Siro vescovo di Genova , dans Atti della Società ligure di storia patria , X (1874), pp. 357-383) ; l’ Historia reliquiarum que sunt in Monasterio SS. Philippi et Iacobi de Ianua , probablement composée entre 1286 et 1292, et l’ Historia translationis reliquiarum Sancti Iohannis Baptistae Ianuam , rédigée entre 1296 et 1298 (toutes deux publiées dans Due opuscoli di Jacopo da Varagine , ed. a cura di A. Vigna e L. T. Belgrano in Atti della Società ligure di storia patria , X (1874), pp. 465-479 e pp. 480-491).

Le Tractatus miraculorum reliquiarum Sancti Florentii et l’ Historia translationis reliquiarum eiusdem , composés probablement entre 1281 et 1285, sont contenus dans le manuscrit Fiorenzuola d’Arda, Bibl. Parrochiale (sec. XV), ff. 33r-53v (traduction italienne dans G. Bonnefoy, San Fiorenzo vescovo di Orange , Roma 1945, pp. 108-126 ; pour la bibliographie sur ce manuscrit et sur l’oeuvre voir Kaeppeli-Panella, II, p. 369).

La Passio sancti Cassiani a été écrite par Jacques en 1282 sur la reqête de l’évêque d’Imola, Sinibaldo de’ Milotti, qui avait consacré en 1271 la nouvelle cathédrale de la cité à saint Cassien ( Bibliotheca Hagiographica Latina , 1635b-c).

Bibliographie

Sources

Hieronymus de Bursellis, Cronica magistrorum generalium Ordinis Praedicatorum, Bologna , Bibl. Univ. 1999, f. 69 ; A. Potthast, Regesta Pontificum Romanorum , II, Berlino 1875, n. 24635, p.1971 ; Les Registres de Boniface VIII , ed. G. Digard, M. Faucon, A, Thomas, R. Fawtier, 4 voll., Paris 1884-1939 (ad indices s.v. Jacopus archiepiscopus Januensis e Januensis archiepiscopus ) ; Les registres de Nicolas IV , ed. E. Langlois, I, Paris 1886, n. 76, pp. 13-14, n. 142, p. 23 ; Galvagni de la Flamma Cronica ordinis praedicatroum ab anno 1170 usque ad 1333 , ed. B. M. Reichert, in Mon. Ordinis Fratrum Praed. Historica , II.1, Romae-Stuttgardiae 1897, p. 100 ; Litterae Encyclicae Magistrorum Generalium ordinis Praedicatorum ab anno 1233 usque ad annum 1376 , ed. B. M. Reichert, in Mon. Ordinis Fratrum Praed. Historica , V, Romae-Stuttgardiae-Vindobonae 1900, pp. 148-149, 154, 156 ; Laurentii Pignon Catalogi et Chronica … , ed. G. Meersseman, in Mon. Ordinis Fratrum Praed. Historica , XVIII, Romae 1936, p. 29, 65, 74 ; D. Puncuh, Liber privilegiorum Ecclesiae Ianuensis , Genova 1962, n. 124 pp. 185-186 ; nn. 194-195, pp. 294-295.

Etudes

La liste présentée ici est sélective en ce qui concerne les études les plus datées, pour lesquelles on renvoie à Th. Kaeppeli – E. Panella, Scriptores Ordinis Fratrum Praedicatorum , II, Roma 1975, pp. 348-369 (qui comprend les études jusqu’à 1973) et IV, Roma 1993 pp. 139-141 (qui comprend les études jusqu’en 1991) et à La Légende dorée (Lyon, 1476). Edition critique de la Légende dorée dans la revision de 1476 par Jean Batailier, d’après la traduction de Jean de Vignay (1333-1348) de la Legenda aurea (c. 1261-1266) , ed. B. Dunn-Lardeau, Paris 1997, pp. 1515-1557 (qui comprend les études jusqu’en 1996).

1925

F. Lanzoni, Le leggende di San Cassiano da Imola , in “Didaskleion, III (1925), pp. 34-44

1935

E.C. Richardson, Material for a Life of Jacopo da Varagine , New York 1935

1936

A. Pagano, Etimologie medievali di Jacopo da Varazze , in Memorie domenicane , LIII (1936), pp. 81-91

1942

A. Pagano, L’oratoria di Jacopo da Varazze , in Memorie domenicane , LIX (1942), pp. 69-77, 108-112, 137-141

1946

A. Dondaine, Le dominicain français Jean de Mailly et la ‘Légende dorée’ , in Archives d’histoire dominicaine , I (1946), pp. 53-102

1949

M. Grabmann, Die Schönheit Marias nach dem ‘Mariale’ des seligen Jakob von Voragine O.P., Erzbischofs von Genua (+1298) , in Divus Thomas , XXVII (1949), pp. 87-102

1951

P. Lorenzin, Mariologia Jacobi a Varagine , Roma 1951

1953

A. Dondaine, Saint Pierre Martyr , in Archivum Fratrum Praedicatorum , XXIII (1953), pp. 66-162

1965

U. M. Carmarino, Giacomo da Varazze , in Bibliotheca Sanctorum , VI, Roma 1965, coll. 422-25

B. de Gaiffier, Legénde dorée ou légende de plomb ? , in Analecta Bollandiana , LXXXIII (1965), p. 350

1969

A. Mombrini, La ‘Legenda aurea’ di Jacopo da Varazze , in Memorie domenicane , LXXXVI (1969), pp. 19-42

1970

S. G. Axters, Bibliotheca Dominicana Neerlandica Manuscripta, 1224-1500 , Louvain 1970, pp. 160-171

1971

M. von Nagy – C. von Nagy, Die ‘Legenda aurea’ und ihr Verfasser Jacobus de Voragine , Bern-München 1971

P. Raffin, Jacques de Voragine , in Dictionnaire de Spiritualité, Ascétique et Mystique , Paris 1971, coll. 62-64

J. B. Schneyer, Repertorium der lateinischen Sermones des Mittelalters , III, Münster Westfalen 1971, pp. 221-283

1972

M. Görlach, The South English Legendary. Gilte Legende and Golden Legend , Braunschweig 1972

1973

B. de Gaiffier, L’ ‘Historia apocrypha’ dans la ‘Légende dorée’ , in Analecta Bollandiana , XCI (1973), pp. 265-272

1975

G. Huot-Girard, La justice immanente dans la ‘Légende dorée’ , in Épopées, légendes et miracles, Cahiers d’études médiévales , ed. G. H. Allard – J. Ménard, I, Montréal-Paris 1975, pp. 135-147

C. J. Witlin, Las explicacions dels hagiònims en la ‘Legenda aurea’ i la tradició medieval d’etimologies no-derivacionals , in Analecta sacra Tarraconensia , XLVIII (1975), pp. 75-84

1976

G. Brunel, ‘ Vida de sant Frances’. Version en langue d’oc et en catalan de la ‘Legenda aurea’. Essai de classement de manuscrits , in Revue d’histoire des textes , VI (1976), pp. 219-265

M.-C. Pouchelle, Représentations du corps dans la ‘Légende dorée’ , in Ethnologie française , XVI (1976), pp. 293-308

1977

C. Walter, Prozess und Wahrheitsfindung in der ‘Legenda aurea’ , Kiel 1977

1978

J. Chierici, Il miracolo in Jacopo da Varazze, Gonzalo de Berceo e Dante , in L’Alighieri , XIX (1978), pp. 18-27

R. Hamer, Three Lives from the Golden Legend , Heidelberg 1978

1979

L. J. Bataillon, Iacopo da Varazze e Tommaso d’Aquino , in Sapienza , XXXII (1979), pp. 22-29

W. Williams-Krapp, Die deutschen Übersetzungen der ‘Legenda aurea’ des Jacobus de Voragine , in Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur , CI (1979), pp. 252-276

1980

C. Delcorno, Il racconto agiografico nella predicazione dei secoli XIII-XIV , in Agiografia dell’Occidente cristiano, secoli XIII-XIV , Atti dei Convegni dei Lincei, 48, Roma 1980, pp. 79-114 (rist. con il titolo Agiografia e predicazione in ‘ Exemplum’ e letteratura tra Medioevo e Rinascimento , Bologna 1989, pp. 7-77)

V. Marucci, Manoscritti e stampe antiche della ‘Legenda aurea’ di Jacopo da Voragine volgarizzata , in Filologia e critica , V (1980), pp. 30-50

1981

F. Barth, Legenden als Lehrdichtung. Beobachtungen zu den Märtyrerlegenden in der ‘Legenda aurea’ , in Europäische Lehrdichtung , Festschriften W. Naumann, Darmstadt 1981, pp. 61-73

S. Reames, Saint Martin of Tours in the ‘Legenda aurea’ and Before , in Viator , XII (1981), pp. 131-164

1983

A. Boureau, Le prêcheur et les marchands. Ordre divin et désordres du siècle dans la ‘Chronique de Gênes’ de Jacques de Voragine (1297) , in Médiévales , IV (1983), pp. 102-122

K. Kunze, Jacobus a (de) Voragine (Varagine), in Die deutsche Literatur des Mittelalters : Verfasserlexicon , IV, Berlin-New York 1983, coll. 448-466

A.-J. Surdel, Les quatre éléments dans les légendes hagiographiques du XIIIe siècle (‘Legenda aurea’, ‘Abbreviatio in gestis sanctorum’), in Les quatre éléments dans la culture médiévale , ed. D. Buschinger, Göppingen 1983, pp. 49-62

A. Vidmanová, À propos de la diffusion de la ‘Légende dorée’ dans les pays tchèques , in L’art au XIIIe siècle dans les pays tchèques , Prague 1983, pp. 599-619

1984

A. Boureau, La Legende dorée. Le système narratif de Jacques de Voragine (+1298) , Paris 1984

B. Fleith, Hagiographisches Interesse im 15. Jahrhundert ? Erörtert an einem Jahrhundert Rezeptionsgeschichte der ‘Legenda aurea’ , in Fifteenth Century Studies , IX (1984), pp. 85-98

R. O’Gorman, Unrecorded Manuscript with Sermons of Jacobus de Voragine and Discourses by Pierre aux Bœufs and Jean Petit , in Manuscripta , XXVIII (1984), pp. 138-144

P. Petitmengin (ed.), Pélagie la pénitente. Métamorphoses d’une légende, Paris 1984, II, pp. 145-163

1985

E. Colledge , James of Voragine’s ‘Legenda sancti Augustini’ and its sources , in Augustiniana , XXXV (1985), pp. 281-314

B. Dunn-Lardeau – D. Coq, Fifteenth and Sixteenth Century Editions of the ‘Légende dorée’ , in Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance , XLVII (1985), pp. 87-101

J. Knape – K. Strobel, Zur Deutung von Geschichte in Antike und Mittelalter. ‘Historia apocrypha’ der ‘Legenda aurea’ , Bamberg 1985

S. Reames, The ‘Legenda aurea’. A Reexamination of its Paradoxical History , Madison (Wisconsin) 1985

1986

S. Bastianetto, Iacopo da Varazze , in Dizionario critico della letteratura italiana , II, Torino 1986, pp. 478-480

B. Dunn-Lardeau, Étude autour d’une ‘Légende dorée’ , in Travaux de linguistique et de littérature de l’Université de Strasbourg , XXIV (1986), pp. 257-296

Bibliotheca Hagiographica Latina , n.s., ed. H. Fros, Bruxelles 1986, p. 189

Legenda Aurea’. Sept siècles de diffusion, Actes du colloque sur la ‘Legenda aurea’ : texte latin et branches vernaculaires (Montréal, 11-12 mai 1983) , ed. B. Dunn-Lardeau, Montréal-Paris 1986

A.-J. Surdel, Temps humain et temps divin dans la ‘Legenda aurea’ et dans les mystères dramatiques (XVe s.) , in Le temps et la durée dans la littérature au Moyen Age e à la Renaissance , ed. Y. Bellenger, Paris 1986, pp. 85-102

1987

K. E. Geith, Die ‘Abbreviatio in gestis et miraculis sanctorum’ von Jean de Mailly als Quelle des ‘Legenda aurea’ , in Analecta Bollandiana , CV (1987), pp. 289-302

G. P. Maggioni, Il codice novarese di Jean de Mailly e la ‘Legenda aurea’. Due errori del ms. LXXXVI di Novara comuni al testo di Jacopo da Varazze. Problemi sulle fonti , in Novarien , XVII (1987), pp. 173-184

A. Vauchez, Liturgie et culture folklorique : les Rogations dans la ‘Légende dorée’ de Jacques de Voragine , in Les laïcs au Moyen Age. Pratiques et expériences religieuses , Paris 1987, pp. 145-155

Jacopo da Varazze. Atti del I Convegno di Studi (Varazze 13-14 apr. 1985), ed. G. Farris – B. T. Delfino, Cogoleto 1987

1988

G. Airaldi, Jacopo da Varagine tra santi e mercanti , Milano 1988

J. W. Dahmus, A Medieval Preacher and His Sources : Johannes Nider’s Use of Jacobus de Voragine , in Archivum Fratrum Praedicatorum , LVIII (1988), pp. 121-176

P. Devos, Édition des fragments B, C, D (SS. Jean et Paul martyrs, Léon pape, Pierre apôtre , in Analecta Bollandiana , CVI (1988), pp. 153-170

E. Spinelli, Frammenti agiografici in Beneventana. Note a margine della ‘Legenda aurea’ e della sua diffusione nell’Italia meridionale , in Analecta Bollandiana , CVI (1988), pp. 143-151

1989

C. Casagrande –S. Vecchio, Cronache, morale, predicazione : Salimbene da Parma e Iacopo da Varagine , in Studi medievali , 3 s., XXX (1989), pp. 749-788

R. Hamer – V. Russell, A Critical Edition of Four Chapters from the ‘Légende dorée’ , in Medieval Studies LI (1989), pp. 130-204

1990

F. Dolbeau, Le dossier de Saint Dominique de Sora d’Alberic de Mont-Cassin à Jacques de Voragine , in Mélanges de l’École français - Moyen Age , CII (1990), pp. 7-78

B. Fleith, ‘ Legenda aurea’ : destination, propagation, utilisateurs. L’histoire de la diffusion du légendier au XIIIe et au début du XIVe siècle , in Raccolte di vite di santi dal XIII al XVII secolo , ed. S. Boesch Gajano, Brindisi 1990, pp. 41-48

J. Larmat, Les critères de la sainteté d’après la ‘Légende dorée’ , in Razo , X (1990), pp. 43-52

G. P. Maggioni, Aspetti originali della ‘Legenda aurea’ di Iacopo da Varazze , in Medioevo e Rinascimento , IV (1990), pp. 143-201

Repertorium Fontium Medii Aevi , VI, Romae 1990, pp. 136-139

J. A. Ysern, La ‘Legenda aurea’ i el ‘Recull d’exemplis’ , in Estudis de llengua i literatura catalanes , XXI (1990), pp. 37-48

1991

B. Fleith, Studien zur Überlieferungsgeschichte der lateinischen ‘Legenda aurea’ , Bruxelles 1991

L. Gaffuri, Bartolomeo di Breganze predicatore e la ‘Legenda aurea’ , in Rivista di storia e letteratura religiosa , XXVII (1991), pp. 223-255

Lexicon des Mittelalters , V, München -Zurich, 1991, pp. 262 e1796-1801

H. Maddocks, Pictures for the Aristocrats : The Manuscripts of the ‘Légende dorée’ , in Medieval Texts and Images. Studies of Manuscripts from the Middle Ages , ed. M. Manion – B. Muir, Paris-Sydney 1991, pp. 1-23

1992

T. Baarde, The Etymology of the Name of the Evangelist Mark in the ‘Legenda aurea’ of Jacobus a Voragine , in Neederlands archief voor kerkegeschiedenis , LXXII (1992), pp. 1-12

B. P. McGuire, A Saint’s Afterlife. Bernard in the Golden Legend and the Other Medieval Collections , in Bernard de Clairvaux : Histoire, mentalités, spiritualité , Paris 1992, pp. 179-211

1993

Legenda aurea’ – ‘Légende dorée’ (XIIIe-XVe s.) , Actes du Coll. intern. de Perpignan, ed. B. Dunn-Lardeau, in Le Moyen Âge français , XXXII (1993)

A. Boureau, L’événement sans fin. Récit et christianisme au Moyen Age , Paris 1993, pp. 000-000

C. Campana, La tradizione veneziana della ‘Translatio sancti Nicolai’ nel primo volgarizzamento italiano a stampa della ‘Legenda aurea’ di Jacopo da Varazze , in Miscellanea Marciana , VII-IX (1992-1994), pp. 103-1115

S. Bertini Guidetti, Il mito di Genova in Iacopo da Varazze : tra storia e satira , in XIV Congr. di Studi Umanistici , Sassoferrato 23-23 giugno 1993, in Studi umanistici piceni , XIV (1994), pp. 63-69

1994

A. Boureau, Saint Bernard dans les légendiers dominicains , in Vies et légendes de Saint Bernard de Clairvaux , ed. P. Arabeyre – J. Berlioz – Ph. Pirrier, Cîteaux 1994, pp. 84-90

R. Gounelle, Sens et usage d’ ‘apocryphus’ dans la ‘Légende dorée’ , in Apocrypha , V (1994), pp. 189-210

G. P. Maggioni, Diverse redazioni della ‘Legenda aurea’. Particolarità e problemi testuali , in La critica del testo mediolatino . Atti del Convegno, Firenze 6-8 dicembre 1990, ed. C. Leonardi, Spoleto 1994, pp. 365-380

1995

B. Fleith – A. Wenzel, ‘ Legenda aurea’ , in Enzyklopädie des Märchens. Handwörterbuch zur historischen und vergleichenden Erzählforschung , VIII, Berlin – New York, 1995, pp. 846-855

G. P. Maggioni, Appelli al lettore e definizione di apocrifi nella ‘Legenda aurea’. A margine della legenda di Giuda Iscariota , in Medioevo e Rinascimento , IX (1995), pp. 241-253

G. P. Maggioni, Dalla prima alla seconda redazione della ‘Legenda aurea’. Particolarità e anomalie nella tradizione manoscritta delle compilazioni medievali , in Filologia medievale , II (1995), pp. 259-277

G. P. Maggioni, Ricerche sulla composizione e sulla trasmissione della ‘Legenda aurea’ , Spoleto 1995

R. Rhein, Die ‘Legenda Aurea’ des Jacobus de Voragine : die Entfaltung von Heiligkeit in ‘Historia’ und ‘Doctrina’ , Köln-Weimar, 1995

A. Winroth, ‘ Thomas interpretatur abyssus vel geminus’. The Etymologies in the Golden Legend of Jacobus de Varagine , in Symbolae Septentrionales. Latin Studies Presented to Jan Oeberg , Stockholm 1995, pp. 113-135

1996

S. Bertini Guidetti, Enquête sur les techniques de compilation de Jacques de Voragine , in Cahiers d’histoire , XVI (1996), pp. 5-24

P. Bourgain, Les sermons de Federico Visconti comparés aux écrits de Fra Salimbene et Jacques de Voragine , in Mélanges de l’École française de Rome - Moyen Âge, CXVIII (1996), pp. 243-257

B. Fleith, Die ‘Legenda aurea’ und ihre dominikanischen Bruderlegendare. Aspekte der Quellenverhältnisse apokryphen Gedankenguts, in Apocrypha , VII (1996), pp. 167-191

T. Refice, Jacopo da Varazze , in Enciclopedia dell’arte italiana , VII, Roma 1996, pp. 254-256

1997

S. Bertini Guidetti, Iacopo da Varagine e le ‘Ystorie antique’ : quando il mito diventa ‘exemplum’ nella storia , in Posthomerica I : tradizioni omeriche dall’Antichità al Rinascimento , Genova 1997, pp. 139-157

A. Boureau, Vincent de Beauvais et les légendiers dominicains , in Vincent de Beauvais, frère prêcheur : un intellectuel et son milieu au XIIIe siècle , Grâne 1997, pp. 113-126

M. D. Edward, The Handling of Narrative in the Cycle of St. Catherine of Alexandria in the Oratory of St. George in Padua (c. 1379-1384) , Il Santo , XXXVII (1997), pp. 147-163

G. Farris, L’anti-trinitarismo di Lucifero nei Sermoni di Jacopo da Varazze e nel canto XXXIV dell’Inferno , Critica letteraria , XXV (19997), pp. 211-224

B. Fleith, The Patristic Sources of the ‘Legenda aurea’ : a Research Report , in The Receptions of the Church Fathers in the West , ed. I. Backus, I, Leiden-New York-Köln 1997, pp. 231-287

L. Gaffuri, Paroles pour le clergé, paroles pour le peuple. Définition de la foi et réfutation de l’hérésie dans deux sermonnaires du XIIIe siècle , in La parole du prédicateur. Ve-Xe siècle , ed. M. Lauwers – R. M. Dessì, Nice 1997, pp. 343-362

Gonden Legende. Heiligenlevens en Heiligenverering in de Nederlanden , ed. A. Mulder-Bakker – M. Carasso-Kok, Hilversum 1997

G. P. Maggioni, Storie malvagie e vite di santi. Storie apocrife, cattivi e demoni nei leggendari condensati del XIII secolo , in Tra edificazione e piacere della lettura : le vite dei santi in età medievale , Atti del Convegno (Trento 22-23 ott. 1996), ed. A. Degl’Innocenti – F. Ferrari, Trento 1997, pp. 131-143

1998

S. Bertini Guidetti, Contrastare la crisi della chiesa cattedrale : Iacopo da Varagine e la costruzione di un’ideologia propagandistica , in Le vie del Mediterraneo. Uomini, idee, oggetti (secoli XI-XVI) , a cura di G. Airaldi, Genova 1998, pp. 155-182

S. Bertini Guidetti, Potere e propaganda a Genova nel Duecento , Genova 1998

S. Bertini Guidetti, I ‘Sermones’ di Iacopo da Varazze. Il potere delle immagini nel Duecento , Firenze 1998

S. Bertini Guidetti, Fonti e tecniche di compilazione nella ‘Chronica civitatis Ianuensis’, di Iacopo da Varagine , in Gli umanesimi medievali , Atti del Convegno di Firenze, 11-13 settembre 1993, Firenze 1998, pp. 17-36

D. J. Collins, A Life Reconstituted : Jacobus de Voragine, Erasmus of Rotterdam and Their Lives of St. Jerome , in Medievalia et Humanistica , XXV (1998), pp. 31-51

A. Ferreiro, Simon Magus and Simon Peter in a Baroque Altar Relief in the Cathedral of Oviedo, Spain , Hagiographica , V (1998), pp. 141-148

M. Görlach, Studies in Middle English Saints’ Legends , Heidelberg 1998

La ‘Légende dorée’ de Jacques de Voragine : le livre qui fascinait le Moyen Age , ed. B. Fleith et alii, Genève 1998

1999

E. Colomer Amat, El ‘Flos Sanctorum’ de Loyola y las distinctas ediciones de la ‘Leyenda de los santos’. Contribución al catálogo de Juan Varela de Salamanca , in Analecta sacra Tarraconensia , LXXII (1999), pp. 109-142

R. Schnell, Kostanz und Metamorphosen eines textes. Eine überlieferungs und geschlechtergeschichlicheStudie zur volkspredichten Rezeption von Jacobus de Voragine , in Frühmittelelterliche Studien , XXXIII (1999), pp. 319-395

2000

M. Balzert, Ein Carmen sapphicum in der Legenda-Aurea-Appendix , in Hagiographie im Kontext. Wirkungsweisen und Möglichkeiten historischer Auswertung, ed. D. R. Bauer - K. Herbers, Stuttgart, 2000, pp. 000-000

K. Jansen, The Making of the Magdalen : Preaching and Popular Devotion in the later Middle Ages , Princeton 2000, pp. 000-000

2001

Il Paradiso e la terra. Iacopo da Varazze e il suo tempo , Atti del Convegno Intern. di Studio, Varazze 24-26 sett. 1998, a cura di S. Bertini Guidetti, Firenze 2001

De la saintété à l’hagiographie. Genèse et usage de la Légende dorée’ , ed. B. Fleith – F. Morenzoni, Genève 2001

P. Di Pietro Lombardi - M. Ricci – A. R. Venturi Barbolini, ‘ Legenda aurea’ : iconografia religiosa nelle miniature della Biblioteca estense universitaria , Modena 2001

D. D’Avray, Medieval Marriage Sermons : Mass Comunication in a Culture without Print , Oxford 2001, pp. 000-000

2002

G. P. Maggioni, La trasmissione dei legendari abbreviati del XIII secolo , in Filologia Mediolatina , IX (2002), pp. 87-107

2003

G. P. Maggioni, Parola taciute, parole ritrovate. I racconti agiografici di Giovanni da Mailly, Bartolomeo da Trento e Iacopo da Varazze , in Le riscritture agiografiche , Atti del V Convegno della SISMEL, Firenze 22-23 marzo 2002, Hagiographica , X (2003), pp. 00-00.


Deprecated: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; backup_file has a deprecated constructor in /sites/cihamdig/www/sermones/sites/all/modules/backup_migrate/includes/files.inc on line 121